isolation

« En amour, la seule victoire, c’est la fuite. »        
― Napoléon Bonaparte        

Pendant la première partie de sa vie, on ne se rend compte de son bonheur qu’après l’avoir perdu. Puis vient un âge, un âge second, où l’on sait déjà, au moment où l’on commence à vivre un bonheur, que l’on va, au bout du compte, le perdre. Lorsque je rencontrai Belle, je compris que je venais d’entrer dans cet âge second. Je compris également que je n’avais pas atteint l’âge tiers, celui de la vieillesse véritable, où l’anticipation de la perte du bonheur empêche même de le vivre.
― Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, Fayard, 2005, p. 173; voir aussi l’entretien du 25 août 2005 et La fracture Houellebecq de 27 octobre 2005, publiés dans Le Nouvel Observateur
During the first part of his life, one becomes aware of his happiness only after having lost it. Then comes an age, a second age, when one already knows, as soon as he starts to live in happiness, that he is going to end up losing it. When I met Belle, I understood that I had just entered this second age. I also understood that I had not reached the third age, that of true infirmity, when the anticipation of losing happiness altogether prevents one from living it.
― translated by MZ


Rembrandt van Rijn, Susanna and the Elders, 1647, Mahogany, 76.6 x 92.7 cm, Gemäldegalerie, Berlin


    Isolement     Isolation
Où est-ce que je suis ?
Qui êtes-vous ?
Qu’est-ce que je fais ici ?
Emmenez-moi partout,
Where is it that I am?
Who is it that you are?
What am I doing here?
Convey me everywhere,
Partout mais pas ici,
Faites-moi oublier
Tout ce que j’ai été
Inventez mon passé,
Donnez sens à la nuit.
To every place but here,
And cause me to forget
Each thing I’ve ever been
And improvise my past,
Give meaning to the night,
Inventez le soleil
Et l’aurore apaisée
Non je n’ai pas sommeil,
Je vais vous embrasser
Êtes-vous mon amie ?
Répondez, répondez.
And improvise the sun
And that untroubled dawn
No I don’t have to sleep
I’ll kiss you and I’ll ask
If you’re a friend of mine,
Answer me, answer me.
Où est-ce que je suis ?
Il y a du feu partout
Je n’entends plus de bruit,
Je suis peut-être fou.
Where is it that I am?
Surrounded by fire
No sounds to be heard,
Perhaps I am insane.
Il faut que je m’étende
Et que je dorme un peu,
Il faudrait que je tente
De nettoyer mes yeux.
I need to rest for now
I need to sleep awhile
I need to try my hand
At clearing my eyes
Dites-moi qui je suis
Et regardez mes yeux
Êtes-vous mon amie ?
Me rendrez-vous heureux ?
Tell me that which I am
And look into my eyes
If you’re a friend of mine
Will you ensure my bliss?
La nuit n’est pas finie
Et la nuit est en feu
Où est le paradis ?
Où sont passés les dieux ?
The night’s not over yet
The night is all aflame
Which way is paradise?
What happened to the gods?
Michel Houellebecq translated by MZ


James Sidley Ensor, Self-Portrait with Masks, 1899, Private Collection

« Le vrai courage, c’est celui de trois heures du matin.»        
                                            ― Napoléon Bonaparte     

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *