bossette détente p210

Je rencontre un problème sur mon P210.
Lors de l’action sur la détente il m’arrive de plus en plus souvent que le coup parte sans avoir senti la bossette (départ filant).
Après des essais de tirs à sec, je m’aperçois que lorsque j’arrive a prendre contact avec la bossette et que je relâche la détente, le bec de gâchette reste en position sur le chien te ne revient pas dans sa position initiale.
Tous les ressorts sont à leur place et ont l’air en bon état.
Des avis ou expériences sur la question ?

J’ai expliqué le fonctionnement du levier du point d’arrêt (Druckpunkthebel) ici. Ceci dit, je te conseille de le laisser en paix. Ce dont tu te plains arrive bien souvent aux pistolets Neuhausen faits pour le tir de précision et dotés des ressorts allégés. Il serait plus prudent de tenter une substitution des Druckpunktplatten d’ordonnance, s’il t’arrive de trouver des pièces détachées pour ton P210. En aucun cas, il ne faut jamais limer les pièces de la fabrication tardive, “im MIM-Verfahren”.

Le levier du point d’arrêt, pièce n° 21, est responsable pour la réglementation de la transition entre les deux étapes de la détente de la P210. Après la détente, pièce n° 28, engage la gâchette, pièce n° 23, par le moyen de l’étrier de la détente, pièce n° 26, la première étape de la détente est déterminé principalement par le ressort de la détente, pièce n° 31, avec une résistance supplémentaire fourni par le ressort de gachette, pièce n° 24. Pendant sa rotation autour de la goupille, pièce n° 22, la gachette apporte en arrière le chien, pièce n° 14, et touche le levier du point d’arrêt, pièce n° 21. À ce moment, le levier du point d’arrêt relie la gâchette avec le ressort de percussion, pièce n° 20, procurant une résistance supplémentaire considérable dans la deuxième et dernière étape de la détente, juste avant le relâchement du chien par la gâchette.

La méthode d’ajustement du levier du point d’arrêt.
(Cliquez ici pour une meilleure résolution.)
Le levier du point d’arrêt est installé individuellement à la main par rapport à la gâchette et le chien, afin de régler le point de pression (Druckpunkt) de la détente. Si le point de pression est trop mou, c’est à dire si la seconde étape de la détente doit être renforcée, les surfaces supérieures des deux bras de soutien les plus éloignés de l’axe de pivotement du levier du point d’arrêt, pièce n° 22 ci-dessus, doivent être également travaillé avec une pierre à l’huile au point de leur contact avec le corps de la platine, pièce n° 13. Cette opération rapproche le levier du point d’arrêt à la gâchette. Pendant cet rapprochement, les deux côtés du levier du point d’arrêt doivent faire leur contact avec le corps de la platine au même temps. Le corps de la platine lui-même ne devrait pas être modifié. Si le point de pression est trop dur, c’est à dire si la seconde étape de la détente doit être affaiblie, les deux projections en plein milieu du levier du point d’arrêt situés de chaque côté de la tige du ressort de percussion, pièce n° 16, doivent être également travaillé avec une pierre à l’huile au point de leur engagement par la gâchette, pièce n° 23, pendant le pression sur la détente. Cette opération retarde l’engagement du levier du point d’arrêt avec la gâchette. Dans l’accomplissement de cette opération, les projections sur le levier du point d’arrêt doivent faire leur contact avec le corps de la platine au même temps. La gâchette ne devrait pas être modifiée. Ne tentez jamais aucune modification de ces pièces, sinon vous n’êtes pas certain de votre compétence armurière.

Dans la production tardive, les pièces forgées et durcies profondement ont été remplacées par les pièces de formation par l’injection de métal moulé (MIM), avec leurs profils légèrement modifiées. Cette image est tirée d’Armbruster, p. 193:


Leviers du point d’arrêt utilisés dans la production SIG P210.
(Cliquez ici pour une meilleure résolution.)
Les leviers n° 1-4 sont forgés et durcis profondement. À partir de n° 2, la zone située entre les pointes de la pression antérieures et postérieures a été renforcée par l’addition de matériaux. Le levier n° 5 est la dernière version, réalisée par injection de métal moulé. Comme toutes les pièces de formation MIM, ces leviers sont durcis superficiellement. Ils sont donc impropres à l’ajustement avec une pierre à l’huile, qui coupe à travers de leur durcissement et expose le métal mou dans des surfaces de travail.

2 thoughts on “bossette détente p210”

  1. Дорогой и невероятно интересный Михаил Исаакович!
    Сердечно поздравляю Вас с Новым годом!
    Желаю Вам счастья!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *