happy centenary, samuel


            Le Concentrisme

Monsieur

    Vous êtes le premier à vous intéresser à cet imbécile. Voici tout ce que j’en sais : j’ai fait sa connaissance ou, plus exactement, il m’a imposé cette incommodité, la veille de sa mort, à Marseille. Il s’est cramponné à moi dans un sombre bistrot où, à cette époque, j’avais l’excellente habitude d’aller me soûler deux fois par semaine. « Vous avez l’air » me dit-il « suffisamment idiot pour m’inspirer une confiance extrême. Enfin » poursuivit-il — (je ne change rien à ses logogriphes) — « enfin et pour la première fois je tombe sur un animal qui, si j’ose en croire mes yeux, est totalement et idéalement dépourvu d’intelligence, plongé dans une divine et parfaite nullité. » Il s’interrompit, se découvrit, et puis, d’une voix vibrante : « Je vous embrasse, mon frère&nbsp ! » s’écria-t-il. Je le repoussai vivement. Il faillit tomber, pâlit, et se mit à tousser d’une façon si douloureuse que je ne pus m’empêcher de regretter la violence de mon geste. Mais il se reprit bientôt et m’adressa de nouveau, maintenant d’une voix à peine perceptible.
    « Monsieur » dit-il, « permettez-vous que je vous pose une question&nbsp ? » Continue reading happy centenary, samuel

extracted from correspondence

― for Fred Rexer  

I have long believed that love must be pervasive or bogus. The kind of love that generates bereavement must also be permanent. On several occasions I have been cured of living love by dint of its object proving itself unworthy. The rule of “de mortuis nil nisi bonum” ensures that that cannot happen with the object of love gone beyond the pale of all change. Continue reading extracted from correspondence

quasi-terminal grief

Martin McDonagh is the author of the 2003 play, The Pillowman, which ran on Broadway last year to uniform, adjectivally laden reviews. More recently he has distinguished himself as the first-time director of Six Shooter, a 27-minute splatterfest of filial, spousal, and parental bereavement. McDonagh’s latest opus went on to win the 2005 Academy Award for best live-action short. Watch it here. Hear lead actor Brendan Gleeson and co-producer John McDonnell discuss its Oscar coup.